Incarolo people

Thomas Parmentier

THOMAS PARMENTIER

  • 33 ANS
  • DIPLÔMÉ EN GESTION – UMONS
  • CRÉATEUR DU MÉDIA  FULLTV
  • PRÉSIDENT DE FOR’J

 Notre rencontre s’est faite autour d’une table, sans chichis, pour parler business car Thomas a comme mission globale de soutenir les idées innovantes des jeunes carolos. Voilà en quoi il est une personnalité incontournable dans notre chère Carolofornie. 

Une idée ? Un désir ? Tel un magicien, Thomas donne l’impulsion nécessaire pour faire de nos rêves un projet tangible. Mais qu’en est-il de ses propres créations ?

Par le biais de l’interview, j’espère lui donner la reconnaissance qu’il mérite et vous faire découvrir une personnalité haute en couleurs…

Charleroi, une histoire d’amour ?

« Je suis un Carolo pure souche. » En effet, Thomas est né, a grandi à Charleroi et est revenu après ses études dans sa ville natale. Fervent défenseur de Charleroi, en 2006, elle dégage encore une image négative. Son envie fut, avec ses amis, de combattre ce stéréotype. Comment ? En créant une web tv !

« On n’avait pas de connaissance ni en média, ni en com’ » Pourtant, un constat s’impose en 2018 : FullTV fête ses 10 ans et a, à son compteur, plus de 5000 vidéos valorisant les actions positives de la ville. Une belle revanche car les débuts ont été difficiles. « Les personnes qui ont essayé de nous dissuader étaient les Carolos eux-mêmes. » Ses propos me rappellent le conseil de Frédéric « Il ne faut pas que le Carolo devienne son propre ennemi ».

Et Mon Projet pour Charleroi alors ?

J’ai mis plusieurs temps avant de comprendre le lien entre toutes ces initiatives carolos. Figurez-vous que Thomas est aussi à la tête de cette structure. Il m’explique le cheminement de cette nouvelle création : trouver un projet pour que les jeunes s’impliquent dans leur ville. Son souhait étant d’assurer une relève digne de ce nom.

« Nous sommes actuellement dans une ville en mutation que d’autres ne connaîtront sans doute jamais. » Convertir les jeunes, spectateurs privilégiés de ce renouveau, en acteurs est un challenge réalisable grâce à « Mon projet pour Charleroi ». Cette structure n’a pas des moyens financiers astronomiques mais possède une grande richesse humaine. Pour avoir vécu cette expérience, je ne peux qu’approuver les propos de Thomas. L’équipe est actuellement ma plus belle rencontre professionnelle.

Retour à l’essentiel:

MyCharleroi s’adresse aux jeunes mais aussi aux gourmands… Alors, Thomas a-t-il d’aussi bons conseils pour la nourriture que pour l’entrepreneuriat ?

Un endroit à recommander ? Le Quai 10 me répond-il. Il y englobe les quais en général car cela reste pour lui le lieu incontournable de Charleroi. L’eau est toujours un lieu de rassemblement. Pourtant, à Charleroi, l’eau est encerclée de routes et de parkings. L’idéal serait de mieux achalander ce quartier pour le rendre agréable.

Étant un fin connaisseur des restaurants italiens, il me conseille aussi « Da mimmo et Giovanna »  à Ransart que je me ferai un plaisir de tester très prochainement. Peu de restos italiens ont cette culture du frais. Le bon exemple ? Le potager dans le fond du jardin de l’établissement… J’ai hâte!  Papa, Maman, vous êtes prévenus !

Dans le centre, même s’il va plus souvent dans le grand Charleroi, il préconise la Brasserie de la Digue et la Manufacture Urbaine. Un combo parfait pour faire le tour des adresses incontournables de Charleroi.

A qui ai-je eu affaire ?

Parler aux jeunes demande de la franchise et de l’honnêteté… Thomas ne se cache pas derrière un discours mais exprime les choses comme il les pense. C’est d’ailleurs un peu déconcertant quand je lui ai proposé, mon projet, selon moi, abouti. Ni une ni deux, celui-ci est analysé, décortiqué, examiné pour un constat sans appel : il reste du boulot. Mais pouvoir accepter sa critique (toujours) constructive pour fournir un meilleur travail par la suite est le plus grand apprentissage de tout mon parcours, étant bornée et têtue habituellement…

« Je suis très carolocentriste. Cela fait partie de ma personnalité. » Voici un autre trait chez Thomas comme vous avez pu le constater. Vivre, penser, consommer Charleroi est son quotidien. Mais quand cela a t-il commencé ? Scolarisé à l’Athénée de Gilly, bon nombre de personnes l’ont averti des futures difficultés qu’il allait rencontrer dans le monde du travail.  Il n’en est rien ! Universitaire et actuellement entrepreneur, Thomas a brillamment réussi. Cette école multiculturelle lui a forgé une opinion et des convictions qui durent encore maintenant.

 

« Ma vie c’est la diversité. » Côtoyant des jeunes comme des moins jeunes, des personnes de couleurs ou encore des gens à faibles ou gros revenus… Ce brassage si particulier à Charleroi fait d’elle une ville cosmopolite et doit continuer à mon goût ! Pas uniquement du point de vue de la nationalité mais aussi dans une perspective de revenus.

Charleroi dans le futur ?

« Le haut de la ville rayonnera grâce à ses étudiants. S’il n’y a pas une offre universitaire, on n’y arrivera pas. »

Pour lui, le tournant décisif sera le campus. Même s’il est persuadé de la réussite de ce projet, associer des concurrents n’est pas chose aisée. Ce lieu estudiantin regroupera des extensions de l’ULB, l’UMons, l’école Concordet, le tout chapeauté par la province du Hainaut. Faire revenir les étudiants à Charleroi permettra d’ajouter une diversité mais et une animation dans la ville.

Un autre point primordial pour le futur est de construire une prise de conscience collective générale. Il prend en exemple la sécurité : « La meilleure réponse ,c’est la foule et non la police », ou encore sur la propreté: Charleroi est « une ville sale. C’est vrai. Mais ce sont les gens qui sont sales, pas la ville. »

La clé du renouveau carolo réussi est ses habitants eux-mêmes. L’insécurité ? Sortons faire la fête, réunissons-nous. La saleté ? Apprenons à jeter nos papiers. Ce sont des gestes simples du quotidien face auxquels le politique est impuissant. Cela s’applique bien sûr aux projets plus généraux. Les citoyens doivent suivre cet élan car ils sont la source d’appropriation du concept. « Sans eux, les meilleures décisions n’ont aucune valeur ajoutée. »

Mon ressenti :

Ambiance décontractée, interviewer Thomas était pour moi une évidence et le minimum que je puisse faire pour les remercier, lui, et son équipe exceptionnelle (on les oublie trop souvent), pour le travail fourni. 

Si vous lisez cet article, c’est grâce à eux, à nous. 

By
1

You may also like

1 Comment

  • BRASSERIE DU PAYS NOIR - MyCharleroi

    […] Jour J Réel accomplissement pour Nicolas et ses acolytes, cette ouverture était immanquable au sein du paysage carolo, d’autant plus quand nous connaissons la qualité du produit… Le dimanche était un moment familial, c’est pourquoi j’y suis allée avec mon papa, alors que le samedi était un rendez-vous plutôt mondain. Vous auriez d’ailleurs pu croiser Paul Magnette ou Thomas Parmentier  […]

    17 mai 2018 at 16 h 22 min Reply
  • Leave a Reply