InDiscover

CHARLEROI/SHERBROOKE 2 VILLES 1 AMBIANCE

MIX & MATCH

SHERBROOKE

À plus de 5000 kilomètres de Charleroi, j’ai pris mes quartiers depuis le 29 août à Sherbrooke, une « petite » ville canadienne pour entreprendre (et réussir, croisons les doigts) un master en communication stratégique internationale. Même si je suis loin de ma ville de cœur, je réalise au fur et à mesure de mes balades et de mes explorations urbaines à Sherbrooke que le Pays Noir n’est pas si lointain… Je vous explique pourquoi mon adaptation s’est faite sans embûche.

L’amour de la bière

À Sherbrooke, les micro-brasseries font fureur. Depuis 2007, l’établissement Siboire est d’ailleurs devenu un passage incontournable, tout comme la Manufacture Urbaine. Le projet architectural est réfléchi, la bière est brassée localement et des petits plats sont aussi concoctés avec amour. La bière vedette est la « sherbière », composée d’ingrédients 100% québécois mais elle ne détrône cependant pas mon amour inestimé pour la Charleroy350.

À 200m de mon appartement, j’ai découvert cette adresse le soir même de mon arrivée avec mes colocataires.

Joie de vivre de la population

En venant dans cette partie francophone du Canada largement influencée par la France, j’avais peur de retrouver cette condescendance parisienne. J’ai découvert avec surprise que les Sherbrookois étaient comme les carolos :  chaleureux, bons vivants et enthousiastes.

En cours, il est préférable d’appeler les professeurs par leurs prénoms et de les tutoyer, dans les commerces, les vendeuses discutent volontiers avec moi des curiosités à découvrir en ville et s’intéressent à mon quotidien, les chauffeurs de bus m’attendent (parfois) s’ils me voient courir et m’aident à retrouver mon arrêt. Cela fait plaisir de se sentir accueillie et de retrouver la même joie de vivre que j’avais quitté.

Rue de Dampremy 2.0

À la différence des villes européennes où le centre-ville est marqué par une place ou une église, le cœur de Sherbrooke est identifiable par la rue Wellington menant à l’hôtel de Ville. Certes, elle n’est pas piétonne comme la rue de Dampremy à Charleroi mais elle est « cute » comme diraient les Québécois ! Restos, cafés bobos, tatoueurs, salles de yoga, friperies… C’est l’endroit le plus animé de la ville et le plus adéquat pour faire du shopping.

La nuit, l’ambiance est présente et c’est LE lieu pour trouver un chouette bar où faire la fête. Charleroi devrait s’en inspirer pour continuer à rendre notre rue piétonne vivante après 22h.

Histoire industrielle

Le charbon pour l’un et le textile pour l’autre. Les deux villes se situent près d’un fleuve/rivière et ont été, pendant des années, un carrefour commercial, industriel et ferroviaire. Quand l’essor industriel touche à sa fin, les deux villes peinent à attirer de nouvelles industries. La fondation de l’université de Sherbrooke (école dans laquelle je suis) a permis de rendre à la ville son dynamisme d’antan. C’est le projet actuel pour Charleroi et qui, j’espère aura le même effet.

By
1

You may also like

1 Comment

  • Rijal

    Cest vraiment cool et ça se se voit que t’es bien intégrée abec les sherbrookois 😎

    28 septembre 2019 at 11 h 03 min Reply
  • Leave a Reply