Browsing Category:

Eat

  • InChill, Discover, Eat

    MANOLO BAR

    MANOLO BAR

    Tous les vendredis, la rue de Montigny s’anime grâce au Manolo bar. Vous êtes de sortie ? Cet endroit est the place to be pour bien commencer le weekend !  Mais saviez-vous que l’établissement proposait aussi de la petite restauration en semaine ? Personnellement, je l’ignorais. Est-ce qu’ils ont autant de succès en journée ? C’est ce que je suis allée découvrir.

    Quand j’étais encore à l’école à Charleroi, le Manolo bar était le bar « des grands ». Maintenant que je le suis, je ne me prive pas pour aller boire un verre de temps à autre après ma semaine de cours. C’est toujours agréable de retrouver ses copines, surtout en été sur leur terrasse ! C’est justement autour de ce verre qu’une connaissance me vante les mérites de leur petite restauration durant le temps le midi. Moi, carolo, je n’étais même pas au courant que ce bar ouvrait en journée… Il va falloir y remédier !

    M’y voilà, avec une amie pour fêter la fin des examens et se retrouver entre filles. Pour décompresser, on prend un Spritz et une vodka Redbull. Ne jugez pas, on en avait besoin. Quand j’arrive à 13h, le restaurant est complet. Un point positif car si cela plaît autant, les plats doivent être délicieux.

    Une fois n’est pas coutume, je suis en avance ! J’ai tout de suite été prise en charge : un petit bol de chips et mon apéro sont arrivés en moins de 5 minutes. Je suis déjà comblée avant même d’avoir mangé.

    À la carte :
    On retrouve des pâtes, des paninis, des salades mais aussi une sélection de tapas différente chaque semaine. La carte est restreinte mais elle propose un choix suffisant pour satisfaire toutes les papilles. Elle est aussi régulièrement mise à jour.

    Sarah teste la salade de chèvre chaud et je tente les pâtes jambon de Serano, gorgonzola et courgettes grillées. À la commande, le serveur propose de modifier le type de pâtes. J’ai le choix entre des orecchiette, des penne ou des tagliatelles. C’est une attention que j’ai apprécié, même si elle est minime.

    Quand l’assiette arrive… Je suis aux anges. Pour 9,50€, je m’attendais à un plus petit plat où j’aurais dû prendre un dessert pour être repue. Je me suis trompée, l’assiette est grande et bien fournie. Par contre j’ai quand même pris un dessert, oups.

    Une découverte :

    Venir au Manolo Bar pour décompresser avec les examens était vraiment ce dont j’avais besoin : un lieu cosy, une équipe de serveurs professionnels et souriants avec un plat de pâtes bien réalisé et une petite douceur pour terminer. Je reste sidérée par le rapport qualité/prix qui est pour moi le meilleur de Charleroi.

    Pour le coup, autant la jour que la nuit, l’établissement est au top. Merci à Arnaud de m’en avoir parlé !

    Dernier conseil :

    Le vendredi au Mano, il y a une ambiance festive, on rigole, la musique va fort, l’happy hour de 19h à 21h rassemble énormément de monde. C’est un endroit branché. En journée, ils sont aussi victimes de leur succès.

    Si vous appréciez les lieux calmes pour discuter en paix ou si vous préférez boire un verre en intimité, je ne suis pas sure que cet établissement vous convienne.

    HORAIRES/INFOS

    Adresse:  rue de Montigny, 6, 6000 Charleroi

    Horaire :  mardi au samedi: 10h-20h 

    vendredi : 10h-02h  

    site : ici  

    Numéro de téléphone+32 71 43 58 10

    0
  • InEat

    ROBERT LA FRITE

    ROBERT LA FRITE

    UNE AUTRE FACETTE

    Institution carolo, Robert La Frite est présent à Charleroi depuis 1952. Si sa réputation n’est plus à faire, alors pourquoi vous en parler ? Car derrière cette notoriété se cache des personnes comme Christelle, l’actuelle gérante, Anthony, son fils, Momo, les ouvriers, les jobistes… Bref c’est grâce à cette équipe soudée que la renommée de friterie perdure !

    Il est temps de vous montrer un autre aspect de l’établissement, un côté plus humain.

    Une affaire de famille

    Aux commandes ? Christelle, la petite-nièce de Robert Terwagne. Son grand père, Jean, a d’abord repris la friterie avant de la léguer à sa fille. Actuellement, Anthony, le fils de Christelle avec qui j’ai discuté a aussi intégré l’entreprise familiale. Il se dit prêt à prendre la relève même si ce n’était pas son souhait initial. J’ai pu aussi discuter avec Momo, le co-gérant qui aide Christelle au quotidien.

    Robert La Frite est, depuis ses débuts, une entreprise 100% carolo et le restera.

    Leur réputation :
    C’est une évidence, Robert fait partie du patrimoine carolo. Pourquoi ? Parce qu’ils vendent les meilleures frites du monde ? À ma question, Momo acquiesce et me répond : « Dire le contraire serait un mensonge non ? ». Alors, quel est leur secret de fabrication ?

    Le processus de fabrication traditionnel tend à disparaître au profit des frites surgelées. Ce n’est pas le cas chez Robert m’assure-t-il.
    Sa notoriété se construit sur un produit maison, des pommes de terre épluchées et coupées dans leur atelier de confection. Chez Robert c’est du fait maison ! Irréprochable sur la qualité, on comprend pourquoi les clients sont conquis.

    Le Robert c’est que du bonheur ?
    Même si le produit reste inchangé, en 66ans, Charleroi a connu des hauts et (surtout) des bas. L’enseigne a, comme la ville, subit des moments difficiles.
    Suite aux travaux à Charleroi et sur le ring qui encercle la ville, Momo m’explique la période délicate qu’ils ont dû assumer. Anthony me confie aussi les critiques négatives et surtout non fondées dont ils ont souffert. La concurrence, qui, depuis 1952 ne cesse de accroître est susceptible actuellement de faire de l’ombre à Robert La Frite.
    La famille Terwagne aurait pu abandonner à de nombreuses reprises. Pourtant ils ont toujours gardé confiance. Au lieu de s’apitoyer sur leur sort, ils ont trouvé des solutions pour maintenir leur image.

    Solutions:

    Face à la transformation de Charleroi et les embouteillages causés par celle-ci, il a fallu s’adapter à la situation. Pour arriver jusqu’à la friterie, c’était le parcours du combattant me raconte Momo. Les clients n’avaient plus assez de temps pour rejoindre à la place de l’Ouest.

    « Si la personne ne sait pas venir manger chez nous, c’est Robert qui vient jusqu’à eux. » Succès immédiat, les livraisons à domicile se toujours possible actuellement.

    Le 4 mai 2018 a été un autre grand tournant pour l’enseigne. Le petit Robert a ouvert en face de Rive Gauche. En plein centre-ville, cette deuxième friterie touche un autre public. Comme me le fait remarquer Anthony, le petit Robert à plutôt un public « de jour » car il est situé près du centre commercial et des écoles, alors que le Robert sur la place de l’ouest a toujours autant de succès en soirée.

    Leurs spécialités :
    La base d’une friterie c’est… la frite, logique vous me direz. Mais Robert La Frite a su se démarquer ! À commencer par la sauce Robert. Lorsque je commence à goûter mes frites, je succombe instantanément. Même si elle ne détrône pas le ketchup, seule et unique saveur que je tolère sur mes frites en général, la Robert, créée par Christelle est vraiment au top !

    L’autre incontournable est leur drapeau belge faisant partie intégrante de leur identité. Petite précaution, choisissez ce plat quand vous n’avez plus mangé depuis 3 jours ou si vous comptez reprendre le sport intensif les jours suivants. Dans la même barquette on y retrouve du vol au vent, de la carbonade et des boulettes sauces tomates. Un mélange osé.
    Au petit Robert, l’Italian Burger est une de leurs spécialités comme le durum poulet mariné. Pour moi cela quitte un peu le concept de friterie mais si la demande est présente… Pourquoi pas.

    L’équipe :
    Avec des horaires étendus, de 10h30 à 4h du matin, l’équipe d’employés varie. J’avais été super bien accueillie à 15h, dans la période plus creuse où j’ai pu manger mes frites au calme. Je suis revenue en soirée pour reprendre quelques photos. J’ai été à nouveau reçue comme une princesse. Certes, au début ils étaient dubitatifs car ne voyaient pas l’intérêt de photographier l’établissement mais après leur avoir expliqué ma démarche, je suis allée à nouveau dans les cuisines pour papoter. Une équipe professionnelle et attachante comme j’aime.

    Un futur projet ? :

    Momo et Anthony ont été unanimes à ce sujet. Pour eux, la prochaine étape est de déplacer Robert La Frite aux quatre coins de la Belgique grâce à un foodtruck. Soyez prêts à voir Robert débarquer dans nos festivals !  

    Mon ressenti

    J’ai pour habitude d’expliquer mon expérience sous la forme d’une revue, d’un compte-rendu. Après avoir parlé avec un client fidèle de l’enseigne, il m’a conseillé de procéder à une interview pour vous enrichir mon article et vous dévoiler un cet aspect familial caractéristique chez Robert La Frite.

    En espérant que ce changement de point de vue vous aura plu.

    HORAIRES/INFOS

    AdresseBoulevard de l’Ouest 70,  & Rue du pont de Sambre, 6000 Charleroi

    0
  • InEat

    LA GONDOLA

    La Gondola

    Que faire quand on a envie de sortir sans pour autant la faire tard ? La meilleure des options d’après moi est d’aller au restaurant italien, une valeur sûre à Charleroi. Encore faut-il trouver le bon, et, en ce jour férié la tâche a été compliquée. Heureusement, les cuisines de La Gondola, elles, n’étaient pas en congé. Ai-je bien choisi ?

    L’Italie et Charleroi, une histoire d’amour
    Charleroi a été influencée depuis la deuxième guerre mondiale par la culture italienne. Dès 1946, les deux pays signent un accord pour que la main d’œuvre italienne subvienne à la demande accrue de charbon belge. Un petit bout de la méditerranée se retrouve au Pays Noir. Terre de soleil, de vin, de dolce vita, l’Italie est surtout reconnue pour sa bonne cuisine ! Au fil des générations, on aboutit à une situation où les restos italiens à Charleroi sont devenus la norme. Alors quel est le secret de La Gondola ?

    Situé en plein centre-ville à la place Emile Buisset (devant la gare, après le pont mais avant Rive Gauche), cet établissement perdure depuis plus de 25 ans. Preuve à l’appui, mes parents aimaient s’y retrouver quand ils étaient jeunes tourtereaux … La Gondola est donc un incontournable de Charleroi !

    Dès notre arrivée, nous sommes immédiatement immergés dans cet esprit italien par la décoration rustique et le four en pierre au centre du restaurant. La salle est spacieuse déjà et remplie à 75% alors qu’il n’était que 18h30. Pour cette fois, nous ne commanderons qu’un plat car une séance de cinéma m’attend au Quai 10.

    Comme d’habitude, on commence par… UN SPRITZ. Ce n’est pas le meilleur que j’ai goûté, je vous l’avoue. Mais le sourire du serveur qui me l’apporte comme si j’étais la reine d’Angleterre rattrape le dosage approximatif. D’ailleurs, le personnel a été souriant tout au long de la soirée.

    Cet été, après l’escape room, j’avais goûté leurs pizzas qui étaient divinement bonnes. Ce soir, j’ai donc opté pour une escalope, un autre immanquable de la cuisine italienne. 

    Attention, je ne parle pas de la fine escalope milanaise mais bien de l’escalope royale ; de la sauce bolognaise, du gorgonzola et du jambon de parme ! Intitulé alléchant mais j’ai regretté mon choix. Pourquoi ? Primo la panure de ma viande trop épaisse n’était pas croustillante comme je l’aime et secundo les tortellinis ricotta/épinards de ma maman étaient meilleures. Des épinards aussi fondants, cela n’existe pas à tous les coins de rue. Pour le dessert, il est passé à la trappe vu que nous devions aller au cinéma juste après.

    Mon point de vue :
    Restaurant traditionnel, La Gondola perdure pour son authenticité, ses saveurs du sud mises à l’honneur et sa très bonne localisation. Même si mon expérience de ce soir n’était pas la meilleure en comparaison aux autres restos italiens précédemment testés, je pense avoir mal choisi mon plat.
    Leurs must-have sont pour moi les pizzas et leur tortellini ricotta/épinards. Il y aura-t-il une prochaine fois ? Evidemment. Je n’ai pas envie d’avoir un avis biaisé juste pour un plat et sans avoir goûté leurs desserts.

    HORAIRES/INFOS

    Horaire : tous les jours : 12h – 14h30 / 18h-23h30 

    Adresse :place Emile Buisset 7, 6000 Charleroi

    Numéro de téléphone+32 71 31 30 17

    0
  • InChill, Discover, Eat

    HUGGY’S BAR

    HUGGY'S BAR

    C’est officiel, l’adresse incontournable de burgers « Huggy’s Bar » s’est implantée à Charleroi ! En effet, depuis quelques mois, un nouveau venu est apparu sur la place de la digue…. Initialement liégeois, le concept s’est étendu aux 4 coins de la Belgique, ce qui en a réjoui plus d’un ! Pourtant, je reste dubitative… Des restaurants d’hamburgers, ce n’est pas ce qui manque à Charleroi. Qu’aurait le « Huggy’s Bar » à nous apporter en plus ? C’est ce que j’ai essayé de découvrir !

    Expérience :

    L’enseigne, ornée d’ampoules lumineuses est directement visible depuis la place. En plus de faire bonne impression, c’est astucieux pour attirer les futurs clients. Hâte de tester ces fameux burgers !

    A l’intérieur, l’endroit est vaste mais différents espaces ont été aménagés pour casser cette grandeur. Un coin près du bar, un autre aux alentours du comptoir. En salle on retrouve des banquettes ou des tables hautes… Le choix de l’endroit se fait lors de la commande en ligne.

    Sauf que moi, avec tous ces choix, je ne visualisais pas les différences… Le comptoir est top pour observer les passants ( vive le stalkage) mais en soirée, on n’y voit pas grand-chose… L’idéal est donc de prendre les tables hautes au sein même du resto !   

    On débute par un apéro avant de commander les choses sérieuses… Après pleins d’hésitations au vu du large choix (40 burgers quand même) j’opte pour le Chimay burger et Cha, mon binôme, choisit le american traditional burger. Les frites et le la salade sont à volonté mais ce serait avoir les yeux plus gros que le ventre ! J’ai eu du mal à terminer mon hamburger alors que je suis une bonne mangeuse.

    Verdict :

    J’ai apprécié le moment passé en compagnie de ma photographe perso autour d’un hamburger. Le lieu est cosy et le personnel en salle est à nos petits soins. Le bémol est le temps d’attente mais c’est compréhensible au vu du nombre de couverts.

    Même si nos plats étaient bien exécutés, Huggy’s bar est devenu un concept belge. Avec cette envergure, cela reste pour moi une chaîne de restaurants et, par conséquent, une connotation industrielle. Les hamburgers y sont évidemment préparés avec amour mais si vous recherchez de la tradition et un savoir-faire unique, vous n’êtes pas au bon endroit.

    HORAIRES/INFOS

    Horaire : ouvert 7j/7 de 12 à 22h

    Adresse: place de la digue, 17 

    Réservation ( vivement conseillée) : ici 

    0
  • InEat

    COME A L’MAUJÔNE

    RETOUR EN ENFANCE

    COME A L'MAUJÔNE

    Depuis quelques mois, un nouvel établissement a fait son apparition sur la place de la digue. Concept inhabituel, come à l’maujône est un bar à stoemp qui se veut dans la tendance et original. Ouvert depuis juin, j’ai décidé, enfin, de vérifier la promesse de ce resto : se sentir comme à la maison (d’où le nom du restaurant).

    Aprioris :

    À travers la vitrine, Les couleurs jaunes et rouges du lieu nous laissent perplexes. Milieu de semaine en plus, peu de clients sont attablés… Tiraillés entre les critiques positives de certains et de notre ressenti devant le resto, on décide quand même de pousser la porte et de ne pas se fier aux apparences. Le plus important reste ce qu’il y a dans nos assiettes non ?

    Le concept

    Nouveau concept, come à l’maujone est un bar à stoemp ou plus communément appelé « rata ». De carottes, ou de blettes pour ce soir, la purée de légumes constitue la base du plat. Nous choisissons ensuite l’accompagnement; boulettes végétariennes, lard, porc ou pain de viande… Il y en aura pour tous les goûts.

    Peu à peu on se familiarise avec le lieu et la patronne est présente pour nous expliquer sa démarche. Directement, nous sommes choyés et mis en confiance… Que le buffet commence !

    Mon expérience :

    Comment bien débuter la soirée ? Avec, non pas un, mais deux Spritz pour moi et mon papa ! Servi à la vitesse de l’éclair, nous recevons nos plats très peu de temps après avoir terminé l’apéro. Même si le concept, sur papier, est insolite, le plat reste simple. Cela ne nous a pas empêché de retomber en enfance ! Être avec mon papa et manger cette rata de carotte m’a rappelé les fois où il cachait mes légumes dans les pommes de terres…

    Je me rends compte que le concept va au-delà delà du bar à stoemp. Come a l’maujône est un état d’esprit où l’on vient pour retrouver ses amis, sans chichis, autour de plats simples mais bien réalisés.

    Un conseil ?

    Je préconiserai ce restaurant plutôt le midi car c’est une bonne alternative au sandwich, surtout avec l’hiver qui point le bout de son nez ! En soirée, je préfère (mais ça n’engage que moi) des cartes plus élaborées.

    HORAIRES/INFOS

    Adresse: 39, place de la digue

    Horaire : 12h – 21h30 tous les jours – Fermé le dimanche. 

    Réservations: 0483 00 21 44 

    1
  • InEat

    PAPILLES & PUPILLES

    DES YEUX A LA BOUCHE IL N'Y A QU'UNE FOURCHETTE

    Derrière la cuisine carolo se cache l’idée d’une préparation de plats généreux mais peu élaborés, le meilleur des exemples ? Robert la frite ! Ce cliché à la vie dure… car Charleroi abrite aussi des bijoux culinaires pas assez promus à mon goût ! Vous en doutez ? C’est que vous ne connaissez pas encore Papilles & Pupilles.

    Le défi :

    Niché au milieu d’une petite rue sinueuse en pavés, Papilles & Pupilles a fait le pari fou de s’installer dans ce quartier en pleine reconstruction.

    Aux commandes ? Charlie, fière de sa patrie et qui croit, comme nous tous, au renouveau carolo. Épicurienne et fonceuse, elle a d’abord misé sur une formule lunch pour évoluer avec la nouvelle énergie du centre-ville. Le resto ouvre maintenant le jeudi et vendredi en soirée expressément pour une clientèle plus festive. Malgré des débuts difficiles, la persévérance de la patronne et sa foi pour Charleroi ont payé car son établissement est devenu une adresse incontournable à la ville basse selon moi.

    La clé du succès

    Après la rénovation de cette majestueuse maison de maître, la déco vient donner une âme au lieu. Toujours dans les tons bleutés, plusieurs espaces ont été aménagés en fonction des envies de chacun mais tous conservent cet esprit chaleureux et nous donnent une sensation d’être comme à la maison.
    Mais la plus grande force du restaurant est de créer, d’inventer et de proposer de nouveaux plats tous les mois. J’étais décidée à manger « léger » mais la gourmandise était au rendez-vous… Oups !

    Une prune rôtie à la burrata m’a ouvert l’appétit et m’a fait apprécier la roquette dont j’ai horreur en temps normal. On continue avec des ravioles au beurre de sauge et des oignons frits qui viennent peaufiner le plat. Le dessert est une étape obligée pour moi au resto… Donc la traditionnelle dame blanche a clos ce diner en beauté. Je n’avais pas d’attentes spécifiques pour ce plat mais leur chocolat fondu a été divin… un sans-fautes !

    Vous l’aurez compris, ce Papilles & Pupilles est un coup de cœur total. Les prix sont dans la « moyenne haute » si je me fie à un budget étudiant mais vaut largement le détour au vu de la qualité des produits, du cadre et de la saveur des plats.
    Conquis ? Qu’attendez-vous pour réserver ?

    HORAIRES/INFOS

    Horaire : mardi au vendredi : 12h-14h et 19h- 22h du jeudi au samedi 

    Adresse : Rue Charles Dupret 15, 6000

    Réservation: 0488 99 85 95

    0