InNon classé

ACHETER EN VRAC À CHARLEROI

happy-vrac-à-charleroi

CONSOMMER AUTREMENT

L’achat en vrac est devenu, en 2020, une nouvelle façon de consommer qui dépasse la tendance. Acheter local, manger bio, réduire ses déchets lors de nos courses hebdomadaires… Le vrac nous offre tous ces avantages. Mais est-il réellement possible d’adopter ces gestes durables dans notre commune ? Acheter en vrac à Charleroi est-il plus cher que les produits des supermarchés ? Notre Pays Noir possède bien plus de ressources que l’on ne pense…

day-by-day-mycharleroi-vrac-à-charleroi

Le principe du vrac :

Acheter en vrac, qu’est-ce que c’est ? Le but de ces magasins est de nous proposer des produits sans emballage plastique. Les produits sont « en vrac », dans des contenants. Il suffit alors d’ouvrir la vanne pour transvaser la quantité souhaitée dans notre propre bocal. Si nous oublions nos pots, il y a toujours des sachets en papier à notre disposition. En consommant de cette manière, nous réduisons de façon astronomique nos déchets et limitons considérablement le gaspillage intempestif étant donné que l’on  prend uniquement la quantité dont nous avons besoin.

vrac-day-by-day-mycharleroi-vrac-à-charleroi

Les différentes adresses :

  • Day by Day : pour tester le vrac

Cet espace de 120m2 au sein du Cora de Châtelineau fait découvrir, aux clients de ce supermarché traditionnel, l’achat en vrac à Charleroi. C’est pour moi une idée de génie afin de sensibiliser les personnes novices. Cette chaine possède déjà 62 magasins en France et s’installe peu à peu en Belgique. C’est pourquoi 75% des produits sont d’origine française. En plus d’acheter en vrac, nous achetons « local » ou du moins européen. Cet endroit se distingue vraiment du Cora qui est bruyant et gigantesque. 

Quand on entre chez Day by Day, nous sommes accueillis chaleureusement dans un espace à taille humaine. Le shop propose, à la fois, de l’alimentaire, des produits cosmétiques et même des croquettes pour chien ! Dans les magasins en vrac, je prends systématiquement du granola, des lentilles et des fruits secs. J’y ai trouvé mon bonheur ! J’ai aussi adoré leurs soins pour le visage et leurs jolies bougies. Par contre, il n’y a pas de produits frais… Dommage. Day by Day vient donc en complémentarité au Cora mais on ne peut malheureusement pas y faire la totalité de ses courses.  

happy-vrac-mycharleroi-vrac-min
  • Happy Vrac : pour les curieux

Ce magasin est situé à Nalinnes Bultia donc légèrement décentré de Charleroi mais le concept mérite d’être mis en avant. Happy Vrac est donc une épicerie en vrac (cela me semble couler de source) mais Ingrid, la gérante, a réussi à se démarquer. Elle propose donc des boites noires composées de 4 repas dont un végétarien et une soupe au prix de 70€ pour 4 personnes. Chaque semaine, les recettes changent afin de nous permettre de goûter des plats variés et sains pour 4,41€ par personne. Manger en vrac n’est pas donc pas plus cher !

Je valide totalement ces boites car, d’abord, j’ai l’impression d’avoir gagné à une tombola. On reçoit cette énorme caisse en bois avec tous les ingrédients à l’intérieur ainsi que les recettes. Ensuite, les quantités sont bien dosées. De fait,  je vis avec deux gros mangeurs et nous avons toujours de trop dans la casserole. Je préfère acheter en vrac lorsque les recettes nous sont déjà proposées car c’est un gain de temps et d’énergie.

box-noire-happy-vrac-mycharleroi-min
  • Coopeco: le supermarché collaboratif  

Coopeco dépasse la notion d’épicerie en vrac. Pour acheter les produits mis en vente par la coopérative, les membres donnent 3 heures par mois de leur temps pour veiller à la bonne gestion du magasin. Cette idée novatrice émerge à Brooklyn grâce au magasin Food Coop et en Belgique avec  Beescoop. Aujourd’hui à Marchienne-au-Pont, il est dorénavant possible d’acheter des produits locaux, bio ou en vrac tout en contribuant, en partie, au fonctionnement du supermarché.

Comment ça marche ? Coopeco vit exclusivement grâce aux bénévoles. Ils sont actuellement 450 à s’être engagés dans la coopérative. Tous les bénéfices sont directement reversés au magasin. Quand nous intégrons l’équipe, nous choisissons dans quel département nous voulons nous investir : la comptabilité, l’utilisation de la caisse, la communication… Avec ce principe, on tisse des liens et Coopeco devient une belle et grande famille. Parfois, faire ses courses est une tâche rébarbative. Or, dans cette dynamique, je pense que c’est un réel plaisir ! J’ai donc vraiment été conquise par l’endroit. Il n’est pas impossible qu’à la rentrée j’intègre l’équipe.

D’autres alternatives en vrac à Charleroi existent dont le comptoir du bio à Courcelles ou la chaine Biocap à Marcinelle. Ces adresses sont plus loin de chez moi donc je n’ai pas encore eu l’occasion de les tester.  En espérant vous avoir donné envie de tester ou de continuer à consommer durablement.

By
0

You may also like

Leave a Reply