Search results for:

eden

  • InDiscover

    LA GRANDE FABRIQUE – EDEN –

    EDEN

    LA GRANDE FABRIQUE

    À l’approche du carnaval, l’Eden, lieu culturel à Charleroi, est en effervescence. Derrière ses portes vitrées, des centaines de personnes viennent quotidiennement prêter main forte pour la création de la grande parade. En quoi consiste le projet ? Quel est l’intérêt de venir en tant que citoyen ? L’article vous explique tout, de A à Z.

    Les débuts :

    Cela fait 4 ans que l’Eden s’investit dans le Carnaval à travers la grande parade. Entièrement conçu avec des matériaux de récupération, la grande fabrique est donc le « camp de base » comme aime le définir Fabrice, directeur du théâtre, pour les groupes participant à la parade. Fanfares, écoles de danse, coopérative alimentaire, associations, ASBL, personnes en situation de handicap… Le but de l’évènement est de « refléter l’identité carolo dans toute sa diversité ».

    Implication citoyenne :

    Outre l’organisation de la grande parade, tous les carolos (et non carolos d’ailleurs) sont les bienvenus pour aider dans la construction des chars et des costumes. Du mercredi au dimanche, nous pouvons venir mettre la main à la pâte. Et c’est ce que j’ai fait ! De passage à l’Eden pour un rendez-vous dans le cadre de mon blog, je me retrouve, deux jours plus tard, à créer des feuilles de chou… Je suis allée par curiosité et j’y ai découvert des gens d’une gentillesse hors norme, toujours prêts à m’aider, à répondre à mes questions…

    Pourquoi avoir créé ce rendez-vous ? 

    « Prendre Charleroi dans sa plus belle diversité et défiler ensemble au carnaval ». Tout le monde a donc droit de participer ! S’intéresser au monde de l’art et au folklore carolo par ce biais est une belle idée d’autant plus que cela parle à tous les publics.

    L’autre évènement emblématique de l’Eden est le bal blanc. Ce dernier se déroule au mois de novembre afin de célébrer l’entrée dans l’hiver. Alors ici, pourquoi ne pas fêter sa sortie ?

    Le clou du spectacle :

    Le carnaval se terminera par le brûlage du corbeau rassemblant les idées noires des citoyens. Ecrivez vos pensées tristes, mélancoliques ou maussades sur un bout de papier ou un carton de bière, elles disparaîtront à la fin du cortège. À la fabrique, vous pourrez aussi confectionner l’animal !

    Nouveauté de l’année : le corbeau sera jugé et condamné le 5 mars en soirée…   

    Bonne ou mauvaise idée ?

    Pouvoir concrétiser et renouveler, année après année, un si grand projet, le tout dans la convivialité, la bonne humeur est fantastique.  « On est dans un imaginaire à construire et pas dans un folklore à perpétuer d’années en années ». Carmela, un membre de la team, résume parfaitement l’ambiance qui règne au sein de l’Eden.

    Le but est d’éveiller notre créativité et de s’épanouir. On donne le temps que l’on veut, on vient seul ou en famille… Le plus important est de contribuer à la vie carolo ! J’ai adoré le concept et j’invite tout le monde à donner quelques heures de son temps pour comprendre l’atmosphère unique qui y règne.

    Rendez-vous le 5 mars pour découvrir cette parade haute en couleur made in Charleroi.

    HORAIRES/INFOS

    Adresse: Boulevard Jacques Bertrand, 1-3 

    Site internet : cliquez ici

    1
  • InNon classé

    FÊTES DES PÈRES : IDÉES CADEAUX

    QUOI OFFRIR POUR LA FÊTE DES PÈRES ?

    Trouver un cadeau pour la fête des pères est pour moi un réel casse-tête. Mon papa est le genre de personne à répondre «  tous ce que je veux pour la fête des pères c’est ta réussite. » C’est très gentil, merci papa mais cela ne s’achète pas ! Chaque année, j’essaie de choisir un cadeau autre que la traditionnelle boîte de chocolats tout en restant dans un budget approprié. Cette année, j’ai décidé de vous partager mes inspirations et les lieux carolos qui nous proposent de jolies idées. 

    Choisir un livre

    Acheter un livre est, de prime abord, une idée banale. Pourtant choisir le bon livre en fonction des goûts et des couleurs de votre papa, est une tâche plus complexe. La librairie Molière vous propose un large choix d’ouvrages : BD, livre de poche, de développement personnel, de cuisine, livres historiques… C’est un cadeau tout à fait personnalisable ! En ce qui me concerne, je commanderai surement le bouquin Inside chefs’ Fridges, Europe qui illustre les frigos des grands chefs étoilés version Europe. Chaque chef propose deux recettes à partir des ingrédients présents dans son frigo. Ce livre est à 26€ mais vous pouvez adapter le choix du livre en fonction de votre budget.

    Les boxes d'Happy vrac

    Dans le petit centre commercial ouvert de Nalinnes Bultia, Happy Vrac, un magasin d’achat en vrac, propose de jolis colis pour l’occasion. Ingrid compose, avec des produits de la région, des coffrets cadeaux avec différents thèmes : apéro, cosmétique, panier goumand… Mon coup de cœur est le pack « apéro Pays Noir » à 20,90€ avec 4 bières de la marque et des biscuits apéritifs du magasin. Evidemment, le tout dans un cageot en bois et des bocaux en verre. Ingrid propose aussi un service de livraison le jour J entre 9h et 12h… Parfait pour les personnes pressées ou distraites.

    Pause café

    Une année précédente, j’avais offert à mon papa un bon pour aller boire un café dans l’institution Café Van Hove. Ce cadeau est donc testé et approuvé ! Avec les conditions actuelles de la pandémie, si vous souhaitez partager ce moment à deux, vérifiez bien règles mises en place par le café. Sinon, avant d’être un salon de dégustation, l’enseigne est aussi un point de vente de café. Vous pouvez donc aller acheter son café préféré ou vous laissez guider par les vendeurs. Dimanche prochain, il suffira de dresser une belle table de petit déjeuner où il pourrait déguster son cadeau

    Cadeau fait-main

    logo-cbon-mycharleroi

    J’adore créer des bons pour la fête des pères en écrivant le cadeau que je lui propose. Cette année, j’avais aussi envie d’emmener mon papa au restaurant. Depuis mon retour du Québec, je n’ai pas encore eu la chance de partager un moment au resto avec mon père alors qu’on y allait au moins 1 fois toute les deux semaines. Le blog est d’ailleurs une bonne excuse pour tester les restaurants carolos… Cette fois, j’avais envie de lui rendre la pareille et de l’emmener dans un resto de son choix.

    Pour ce faire, je vous invite à commander via la plateforme C’est bon pour le local qui reprend les commerces, dans les restaurants. En commandant sur ce site, vous recevez 20% supplémentaire et vous soutenez le commerce local.

    Maison Dupuis

    Maison Dupuis est la référence dans le prêt-à-porter pour homme à Charleroi. Ce magasin me fascine par sa grandeur, son raffinement et ses mannequins toujours habillés avec goût. Pour la fête des pères, je m’y rendrai pour lui acheter des accessoires comme des boutons de manchettes, des chaussettes ou une cravate. Même si ce sont des détails, ce sont aussi ces pièces qui construisent l’élégance d’un homme. Par contre, je risque, en y entrant de craquer sur une chemise car les vendeuses sont de très bons conseils.

    J’espère que ces 5 inspirations vous permettront d’étonner votre papa lors de sa fête. Evidemment, chaque schéma familial est différent donc n’hésitez pas non plus à aller lire l’article sur les idées cadeaux pour la fête des mères. 

    0
  • InNon classé

    SOUVENIRS À CHARLEROI

    MES SOUVENIRS À CHARLEROI

    charleroi-Mycharleroi-min

    Il y a quelques jours, je suis passée par le centre de Charleroi pour la première fois depuis mon retour du Québec. Avec ce beau soleil et cette atmosphère d’été, la nostalgie m’a emportée. J’avais qu’une envie : retrouver mes copines en terrasse pour discuter et papoter des derniers ragots, oups. Comme c’est impossible dans le contexte actuel, j’ai décidé de me confier à vous et de vous expliquer quelques souvenirs que j’ai dans cette ville. 

    L’adresse de mon enfance : le Piéton

    J’ai passé mes six années secondaires en plein centre de Charleroi. Très vite, avec ma maman, notre petit rituel était de dîner entre filles après la remise des bulletins. Notre rendez-vous traditionnel était donc la sandwicherie du Piéton où je mangeais toujours ½ baguette au saumon fumé sans mayonnaise et sans crudités. (Oui je suis le genre de fille à tout modifier dans le sandwich). Évidemment, un dessert couronnait la commande : mon milkshake au chocolat. Ces jolis moments passés avec maman sont mes premiers souvenirs à Charleroi.

    Le shopping : 

    Le bistro était toujours la première étape avant de se promener dans la rue de Dampremy avec un passage obligatoire à la savonnerie l’Art des choix. Cette boutique propose des savons faits à la main, des bougies, des boules de bain, des sens-bons pour les armoires… C’est la première adresse carolo pour laquelle j’ai eu un réel coup de cœur !   

    Mes premières sorties au Nirvana bar

    Comme si c’était une règle implicite à Charleroi, chaque bar appartient à une époque. Certains d’entre vous appartiendront plutôt à la génération du Nautilus ou celle de l’Impasse temps. En ce qui me concerne, le Nirvana était clairement LE bar à la mode. J’y ai bu mes premières bières, mes premiers shaker red à la fin des examens. J’y ai testé leurs cocktails multicolores avec les énormes brochettes de bonbons par-dessus ou encore leur incontournable vin blanc pêche. Rien qu’en écrivant ces lignes j’ai le sourire aux lèvres car, avec le recul, je crois qu’on faisait vraiment de la peine à boire si jeune.

    Même si le Nirvana n’attire plus, ou en tous cas moins d’ados, ce bar reste pour moi une adresse incontournable. Ambiance lounge, carte de cocktails fournie, une belle terrasse, toutes les conditions sont réunies pour passer un chouette moment.

    mycharleroi-photo-p-elle-photographie

    Shooting avec P.elle Photographie 

    Mon blog m’a permis de me créer de beaux souvenirs à Charleroi et le shooting avec Pauline en fait partie. Quand j’ai décidé de promouvoir Charleroi, écrire a été la solution la plus évidente car je n’avais je n’avais aucun attrait pour la vidéo ou la photo. Pourtant, je devais quand même créer un contenu visuel pour illustrer mes articles afin de personnaliser mon contenu.

    Pour mon premier shooting, j’ai choisi Pauline, une photographe professionnelle carolo qui m’a directement mise en confiance. Le Quai 10 et l’Hôtel de Ville et l’ancien Palais des Expo sont des lieux que j’ai pu redécouvrir Charleroi à travers son objectif. 

    Ma rencontre avec Paul Magnette

    La première interview sur mon blog est celle de notre bourgmestre ! J’avais envoyé une dizaine de mails à différentes personnalités carolos dont à Paul Magnette mais sans grande conviction. Pourtant, c’est un des seuls à avoir accepté ma proposition. Quand j’ai reçu son approbation, j’étais tellement sous le choc que je n’ai pas su exprimer une émotion positive. Je n’avais jamais interviewé quelqu’un de ma vie et encore moins  un politicien entrainé à répondre aux plus grands médias. Je me sentais presque ridicule avec mes questions en comparaison avec toutes ses précédentes expériences.

    Finalement, j’ai réalisé par cette expérience que la clé est toujours d’avoir confiance en soi quelles que soient les conditions.

    0
  • InEat

    NONNA RITA

    NONNA RITA EN CONFINEMENT

    Nonna et Rita inaugurait leur établissement le 6 février 2020, soit le jour de mon anniversaire. Face à cette coïncidence, je me devais de tester ce restaurant ! D’abord sur place, en mars, et ensuite pendant la période de confinement, j’avais envie de vous partager mes deux expériences. Quels sont les points positifs et négatifs du resto ? Est-ce que je recommande cette adresse ? Je vous dévoile mon avis dans l’article.

    nonnarita-charleroi-mycharleroi-logo

    Les restaurants italiens, ce n’est pas ce qu’il manque à Charleroi. Pourtant Nonna Rita sort du lot en innovant à deux points de vue : la décoration et l’histoire du lieu.

    L’esprit du resto

    Nonna Rita prend place dans une ancienne maison de maître près de la salle de spectacle de l’Eden. Un simple écriteau signale le restaurant que j’ai d’ailleurs eu du mal à voir (je suis passée trois fois devant en voiture avant de comprendre). La première porte donne sur un simple sas blanc. Quand vous ouvrez la deuxième, la surprise est totale. Le bâtiment est somptueux avec de belles moulures mises en évidence car une couleur dorée et le mobilier a été choisi avec goût. Mon cœur a chaviré quand j’ai vu les grands miroirs baroques accrochés au mur… Je veux les mêmes ! Grâce aux longues fenêtres, tout l’établissement baigne dans la lumière. Il est divisé en deux espaces avec une belle terrasse pour varier les ambiances. La star de la salle reste le four à pizza traditionnel en mosaïque bleue qui trône au centre du restaurant… 

    deco-nonnarita-mycharleroi-min

    Ce cadre unique et contemporain distingue Nonna Rita des autres restos italiens. Et qu’en est-il de la cuisine proposée ? La qualité des plats est-elle à la hauteur de la décoration ? Comme son nom l’indique, c’est la grand-mère Rita qui vous concocte des plats italiens, et plus précisément des recettes napolitaines. En les suivant sur Facebook, vous découvrirez une dame simple et souriante préparant des plats savoureux.

    Malgré la décoration sophistiquée du resto, la cuisine est simple et gourmande qui respecte les recettes traditionnelles italiennes.

    Pendant le confinement :

    Après un mois d’ouverture, la crise sanitaire a contraint l’établissement à fermer provisoirement. Ils ont vite trouvé une alternative pour continuer à satisfaire leurs clients. J’étais aux anges ! Même si j’avais déjà testé le resto une première fois, j’avais envie de le faire découvrir à ma famille.

    Au téléphone, le gérant, Luca est super compréhensif. Il nous conseille et nous aiguille quant au choix de nos plats comme si vous étiez en face de lui. Directement, il m’explique que la livraison se fera entre 18h et 20h mais qu’il n’y a pas d’horaire précis. Pour ma part, cela ne me dérange absolument pas car c’est l’heure à laquelle je mange d’habitude.

    Pour passer commande, renseignez-vous sur leur page Facebook car ils ont légèrement modifié la carte pendant la période de confinement.

    Les points positifs :

    La déco a disparu mais la qualité des plats est toujours au rendez-vous. Leur promesse de manger « comme en Italie » est tenue et les talents de Nonna Rita ont été validés par la famille. J’ai opté pour les gnocchis à la napolitaine car j’ADORE ce genre de pâtes. J’ai aussi goûté les cannellonis épinards et ricotta qui étaient délicieux. Les portions sont toujours généreuses et j’ai bien fait de ne pas prendre de dessert car je n’aurais pas réussi à le savourer.

    Le prix est aussi une belle surprise. Pour 4 personnes, l’addition était de 50€. C’est tout à fait abordable vu la qualité de la cuisine et du service.

    Les points à améliorer :

    Nous avions décidé de prendre l’apéro avec deux antipasti composés de différents fromages et de charcuterie. Ils ont opté pour la qualité à la quantité.  J’aurais cependant préféré avoir plus de fromage, il n’y avait qu’une sorte, et moins de mortadelle. Enfin, les raviolis auraient mérité légèrement plus de cuisson à notre goût. Au vu des commandes et du délai de livraison, je comprends que tout ne peut pas être parfait.

    mycharleroi-nonnarita-min

    Le mot de la fin :

    Hormis le léger bémol de cuisson, j’ai à nouveau été conquise et j’ai hâte que le confinement prenne fin pour goûter leurs pizzas légendaires. La particularité de Nonna Rita est cette ambiance chaleureuse dans un cadre moderne et raffiné avec des plats simples et exquis.  Venez avec votre mec, votre copine, votre sœur, votre cousin ou en famille vous ne serez pas déçus. Nonna Rita s’inscrit dans mon top 3 de mes restos préférés avec Papilles et Pupilles et l’Aptit.

    INFORMATIONS

    Adresse : Rue de France, 29 

    Site internetNonna Rita 

    0
  • InShop

    SECONDE MAIN À CHARLEROI : LES BONNES ADRESSES

    SECONDE MAIN À CHARLEROI

    En 2020, les fripes riment avec chic ! Depuis un an et demi les magasins de seconde main, les dépôts-ventes et les concepts de vide dressing explosent grâce à notre prise de conscience concernant le gaspillage vestimentaire. Notre mode de consommation se modifie pour le bien de notre portefeuille et de la planète !

    Est-ce que notre ville propose aussi des alternatives à la fast fashion ? Evidemment ! Je vous donne mes adresses fétiches de seconde main à Charleroi où vous pourrez dénicher des pièces originales. La seconde main n’est plus réservée aux marginaux, elle est tendance.

    seconde-main-charleroi-mycharleroi

    JIPEX : la caverne d’Ali Baba

    Jipex est une chaîne de magasin de seconde main dont deux boutiques se situent à Charleroi : l’une à la Ville Basse et l’autre à la Ville Haute. Ce lieu est souvent méconnu des carolos car les enseignes sont discrètes. J’y ai travaillé deux étés et c’est grâce à ce job étudiant que j’ai pris conscience des merveilles que l’on pouvait trouver en fripes. Les vêtements sont en bon état à des prix dérisoires. Petit conseil, n’hésitez pas à aller voir dans le rayon hommes, vous pourriez trouver une chemise stylée pour un look androgyne ou un blazer oversize méga à la mode. 

    Si vous ne trouvez pas la première fois, ne perdez pas espoir car de la nouvelle marchandise est apportée chaque mercredi et les vendeuses remplissent les rayons au fur et à mesure ! Allez-y régulièrement, c’est la clé pour dénicher la pièce manquante à votre dressing.

    seconde-main-charleroi-mycharleroi-jipex

    INFOS

    • Rue Neuve 56 & Rue de Marcinelle 
    • Lundi au Samedi : 9h-17h 

    Troc’Inn : le luxe abordable

    Du plus loin que je me souvienne, la boutique Troc’Inn a toujours existé ! À la rue de Montigny, sur deux étages, l’enseigne propose des vêtements comme des accessoires haut-de-gamme qui me font rêver : des sacs Delvaux, Dior, Louis Vuitton, des bijoux canons… Je m’y arrête régulièrement pour flâner et m’inspirer même si je n’ai pas encore investi dans des sacs de luxe. 

    Une autre alternative est d’y déposer ses vêtements ! En effet Troc’Inn est en réalité un dépôt-vente. Avis donc à toutes celles et ceux qui ont fait un nettoyage de printemps pendant ce confinement, la boutique se fera une joie de récupérer votre surplus de garde-robe. 

    INFOS

    • Rue de Montigny, 19 
    • 071 39 17 70

    Korpafripes :

    Passionnée de mode et de vintage, Elisa vous déniche des pépites aux quatre coins de la Belgique depuis 2017. Le principe ? Grâce à une vente aux enchères sur sa page Facebook, vous pouvez obtenir la pièce de vos rêves sans bouger de chez vous. Est-ce qu’ Elisa est une référence dans la seconde main à Charleroi même si son business est en ligne ? Carolo d’origine, elle explique sur ses réseaux sociaux que sa passion vient de son adolescence lorsqu’elle allait elle-même en fripes avec sa grand-mère. Elisa est donc une adepte et une connaisseuse, vous pouvez lui faire confiance. Vous avez peur d’acheter en ligne ? Suivez sa page Instagram car elle met en scène les pièces qu’elle déniche. Je vous assure, vous ne pourrez pas résister.

    seconde-main-korpafrip-mycharleroi

    Sans allure

    Énorme coup de cœur pour Momo et son concept. Contrairement aux enseignes de deuxième main ordinaires, le couple chine et sélectionne rigoureusement les pièces qu’ils mettent ensuite en vente. Cela vous assure d’avoir des vêtements de qualité, parfois de marque, pour un look urbain et unique.

    Après avoir tenu un magasin à la rue de Montigny pendant deux ans, le couple a finalement opté pour la création d’événements éphémères dans leur dépôt à Marchienne-au-Pont. Un concept différent auquel j’ai adhéré et que je vous  recommande fortement. Grâce à un simple événement Facebook, vous recevez l’adresse et l’heure. Vous passerez une soirée décalée dans leur garage, avec de la musique éclectique, de bonnes bières et la possibilité d’acheter les plus belles pièces spécialement sélectionnées pour l’occasion. 

    INFOS

    • Rue de la Tombe 161, 6032
    seconde-main-charleroi-mycharleroi-sans-allure

    Les fripes Saint-Charles

    Le cercle Saint-Charles est un ancien cercle paroissial à Montignies-sur-Sambre en face de l’église Saint-Rémy. À deux pas de mon école primaire, ce lieu était plein de signification car j’étais aussi obligée d’y aller pour suivre mes cours de catéchisme. Pas de jugement s’il vous plait, c’était une envie de mes grands-parents… 

    seconde-main-charleroi-mycharleroi

    Actuellement, grâce à Nicolas Buissart des Safaris urbains et de ses copains, ils ont transformé cet ancien bâtiment plein de charme mais abandonné en salle de fêtes. Chaque semaine des activités, des conférences sont organisées dont des vides dressing. Cette adresse de seconde main à Charleroi est nouvelle mais séduit les citoyens.  

    Deux fois par an, des particuliers vendent leurs excédents de vêtements à des prix ridiculement bas. Vous pouvez négocier et l’ambiance est bon enfant. J’y ai trouvé une paire de lunettes de soleil grise métallisée inspirée des années 70 et deux chemises d’hommes que je porte généralement en été au-dessus d’un débardeur.

    INFOS

    • Rue de l’Église 72, 6061
    seconde-main-charleroi-mycharleroi

    Je suis consciente qu’acheter des vêtements utilisés ne plaît pas à tout le monde mais commencez par des accessoires, des basiques avec des matières facilement lavables en machine. Petit à petit vous prendrez goût à ce mode de consommation alternatif. Et puis la mode est un éternel recommencement, pourquoi acheter neuf des habits que nos grands-mères portaient il y a 40 ans ? Pour les converti(e)s, attention à ne pas acheter de la seconde main à excès. Le but de la démarche est de réduire ses achats, pas de se créer une deuxième garde-robe.

    1
  • InDiscover

    ÉCHANGE AU QUÉBEC : LE BILAN

    Mon échange au Québec : le bilan

    J’avais envie d’écrire… Arrivée à la moitié de mon échange, parler de ma ville me manquait. La tête en pleine effervescence, c’est pour moi une façon de calmer mes pensées ainsi que de vous faire découvrir mon état d’esprit après ce ½ échange.

    Avec la quarantaine du pays, l’article tombe à pic pour vous divertir dans cette ambiance sinistre qui règne en ce moment en Belgique. Ah, oui… je précise, je suis revenue au Pays Noir à cause du COVID-19.

    Rétrospective : pourquoi je vis au Canada ?

    Pourquoi est-ce que j’étais censée rester un an ? Est-ce que j’étudie à Montréal ou à Sherbrooke ? Est-ce que je ne meurs pas de froid ? Ces sont les 3 questions qui reviennent continuellement lorsque je parle de mon échange. Un bref résumé s’impose.

    • Etape 1 : Sherbrooke

    J’ai d’abord débuté mon échange dans la ville de Sherbrooke. C’est un peu le Louvain-la-Neuve québécois : une ville étudiante et chaleureuse. Cette sympathie m’a permis de facilement m’acclimater au Canada. En plus, cette ville avait d’autres points communs avec Charleroi que je vous avais fait découvrir dans un précédent article. À la fin de l’été, le temps était doux et l’insouciance était au rendez-vous. À la première tempête, les cours se sont corsés. Comme si la pluie et la neige m’avaient ramenée à la réalité…

    • Etape 2 : Montréal

    Depuis janvier, direction Montréal pour un stage chez Skedio, une entreprise de design. J’ai découvert un monde passionnant où il est impensable de dire à son employeur que t’es super fière de ton bureau IKEA à 40€. Ici, les objets ont une histoire à raconter, ils sont réfléchis, les matériaux sont soigneusement sélectionnés pour obtenir un résultat haut de gamme, impayable mais extrêmement beau. L’autre point positif est que je peux dès à présent tenir une conversation sensée avec des artistes ou des amateurs de design !

    Chargée de communication, une de mes tâches était de publier des articles pour alimenter leur section blog. Écrire pour les autres était devenu pesant. J’ai réalisé à ce moment qu’alimenter mon blog était une activité qui me manquait. C’est pour cela aussi que je reprends ma plume, ou plutôt mon clavier d’ordi pour vous faire un petit bilan.

    • Etape 3 : Sherbrooke

    L’étape 3 aurait été un retour à Sherbrooke pour entamer le deuxième quadrimestre. Avec la crise sanitaire j’ai pris la décision la plus sécuritaire face à l’incertitude : revenir. J’espère vivre un confinement plus intense en Belgique mais plus court. Je croise les doigts.  

    Processus créatif : est-ce que j’arrête MyCharleroi ?

    J’avais pris la décision de ne plus alimenter le blog car je ne voyais pas l’intérêt de vous proposer du contenu et des nouvelles adresses alors que je n’étais pas sur place. L’objectif premier de MyCharleroi est de redorer l’image de ma ville en vous montrant toutes activités possibles et lieux alternatifs du Pays Noir. Énumérer simplement ces endroits sans vous donner mon avis me paraissait vide de sens. J’ai donc préféré prendre une pause plutôt que d’écrire des articles inutiles.

    Après 6 mois, j’ai eu ce déclic : je veux professionnaliser mon blog. En 3 ans d’écriture, j’ai toujours dit que je ne voulais pas en vivre, que c’était une passion… J’ai changé d’avis ! Avec mes cours de communication au Canada, la communication d’influence est un sujet qui me passionne. Professionnaliser mon blog est donc une façon de comprendre l’arrière du décor.

    La conclusion ? Faire une pause était la meilleure chose qui puisse m’arriver ! J’ai pu me poser les bonnes questions, prendre du temps et préparer petit à petit mon plan d’attaque pour mon retour sur les réseaux sociaux et le blog en septembre 2020.

    Est-ce que Charleroi m’a manqué ?

    Sans aucun doute, oui. Charleroi m’avait manqué car c’est une ville à laquelle j’y associe, dans mon esprit, les gens que j’aime, mes souvenirs de soirée, des lieux dans lesquels je me sens en sécurité… Boire un verre au Mano après avoir été mangé au resto est une activité banale mais qui prend tout sons sens quand tu es loin des tiens. Ce sont ses petits moments auxquels je ne prêtais pas attention qui m’ont le plus manqué.

    Par contre, même si je suis nostalgique du Pays Noir, j’étais aussi heureuse d’être à Montréal ! Je profitais aussi de mes amis et des possibilités qui s’offraient à moi. Ce sont juste deux états d’esprit différents.

    Le mot de la fin :

    Cet article est une façon de clarifier la situation à propos de l’avancée du blog et de mon retour anticipé. D’ici la fin du confinement, j’aurais souhaité publier un article par mois qui explique tantôt mon échange, tantôt Charleroi, à mon échelle bien sûr vu que je suis cloîtrée chez moi.

    La bise,

    0